Sales Mômes & Marmailles
(anthologie de jeux amateurs LAB 01)

 

Le Citronnier de la Discorde surplombe les deux villes de Beau-Hameau et Bellevue, les jumelles ennemies. Du haut de la colline sur laquelle il trône, il est facile d'avoir une vue d'ensemble sur ces deux villes. Rapprochons-nous donc de l'Ecole primaire de Beau-Hameau car il semble y avoir de l'agitation dans la cour.

Là en effet, Jimbo le surveillant redouté par tous observe la scène d'un air froid et calculateur. Son regard se dirige vers Martin, qui tient dans ses mains tremblantes un livre. De nombreux gosses de l'école sont autour de lui.

- C'est quoi alors exactement ? demande l'un d'eux à Martin.
Martin regarde autour de lui suspicieusement. Il tourne le bouquin et prend sa respiration.

- Je te lis le résumé :

" Sales mômes & Marmailles est un jeu dans lequel vous incarnez des enfants âgés de 8 à 13 ans sans cesse en guerre contre les enfants de la ville voisine. Tous les coups sont permis dans cette guerre incessante où l'influence magique du Citronnier de la Discorde n'est pas en reste, tout comme les événements surnaturels qu'il semble produire un peu partout. Dès lors, fées, fantômes et monstres seront au rendez-vous, ainsi que cette insolite "Magie de Marmailles" que pratiquent ces enfants. Une étrange magie aux relents de citronnelle, faite de malice et d'imagination espiègle …"

Un silence pesant se fait sentir. Puis Damien s'exclame :

- Hey, mais on dirait que c'est de nous qu'on parle !
- On se moque de nous ! Je suis sûr que c'est encore un coup de ces maudits gosses de Bellevue, maudits Belvéens ! dit une voix dans la foule. Laquelle reçoit en écho :
- Je ne supporte pas les Belvéens !

Plusieurs protestations commencent à se faire entendre autour de Martin. Une masse d'élèves se forme doucement. Précautionneusement, Damien commence à distribuer quelques Citrons cueillis la veille sur la Colline. Sous l'influence des Citrons, les gosses commencent rapidement à s'exciter. Du brouhaha se fait entendre dans toute l'école primaire de Beau-Hameau.

C'était décidé, les Belvéens allaient payer cet affront au plus vite !